Vos résultats de recherche

Amarym Immobilier Dieppe

Forte de son expérience et de sa connaissance approfondie du marché local, notre agence est solidement ancrée à Dieppe comme un bateau de pêche, au pied de ces falaise blanche, pour vous accompagner dans votre projet pour vous aider à acheter ou vendre des vos biens immobilier
Contacter nous

Découvrir les Biens de Notre Agence Immobiliere de Dieppe

Dieppe est une ville du nord de la France. La ville est située dans le département de la Seine-Maritime en région Haute-Normandie. La ville de Dieppe appartient à l’arrondissement de Dieppe. Le code postal de la ville de Dieppe est le 76200. Les habitants de Dieppe se nomment les Dieppois et les Dieppoises.

Amarym Immobilier Dieppe

Adresse :32 Rue de la Boucherie, 76200 Dieppe

Téléphone : 02 79 00 08 70

Horaires :
  • Lundi : Fermé
  • Mardi : 14h – 18h
  • Mercredi : 09h30 – 12h30 et 14h – 18h
  • Jeudi : 09h30 – 12h30 et 14h – 18h
  • Vendredi : 09h30 – 12h30 et 14h – 18h
  • Samedi : 09h30 – 12h30 et 14h – 17h

Découvrez les Biens Déjà Vendus par Notre Agence Immobilière de Dieppe

Actualités & Informations

Dieppe: Petit tour d’horizon du marché de l’immobilier par quartier

  • Dieppe front de mer

La magie de la vue sur mer opère toujours autant mais ce privilège a un coût. Les appartements récents équipés du triptyque ascenseur – balcon – place de parking s’échangent autour de 4000 à 4500 euros/m2. Ne cherchez pas de bonnes affaires sur ce secteur mais plutôt des valeurs sûres. Plus l’étage est élevé, plus c’est cher. Nec plus ultra : le traversant, avec vue sur mer côté Nord-Ouest et fenêtres côté Sud-Est. On peut aussi trouver moins cher avec des biens présentant des prestations moindres ou à rénover : autour de 2500 euros/m2.

  • Dieppe Quai Henri IV

ce secteur touristique de Dieppe est toujours très recherché en raison des belles façades d’époque, de la jolie vue sur le port de plaisance et de l’ensoleillement. Un bémol : très peu d’immeubles avec ascenseurs, très peu de stationnement. Tout comme sur le front de mer, les résidences secondaires y sont nombreuses. Un marché des résidences secondaires qui a toutefois nettement reculé à Dieppe et dans sa région : « S’il constituait 60% de mon portefeuille il y a 5 ou 6 ans, il est retombé autour de 20% aujourd’hui »

  • Dieppe Centre-ville

Le bien le plus souvent demandé par les acquéreurs venant de l’extérieur – retraités, nouveaux arrivants – est la maison avec petit jardin et garage, et les commerces accessibles à pied. Mais il y en a très peu !. Les candidats à l’hyper-proximité, s’ils ne veulent pas se retrouver en appartement, n’ont alors d’autre choix que d’élargir leur rayon de recherche aux autres quartiers de la ville. Dans l’hyper-centre, compter entre 1000 euros/m2 et 3000 euros/m2 selon le type de bien, son état, son équipement, son emplacement et son orientation. La présence d’un ascenseur et d’un garage ou d’une place de parking privative sont des plus, souvent décisifs. Attention, certains façades dans les rues étroites ne voient jamais le moindre rayon de soleil !

  • Dieppe Janval

Quartier résidentiel, entre habitat collectif et villas avec petits jardins, Janval propose, à l’image du centre-ville, tous types de biens à tous types de prix. Avec ses écoles, ses équipements et ses commerces de proximité, le quartier offre de nombreux atouts pour les couples avec enfants et les retraités. Le secteur du cimetière et ses petites maisons individuelles de briques rouges est particulièrement demandé. On y trouve régulièrement des pavillons avec petits jardins pour moins de 180 000 euros.

  • Dieppe Le golf

Le secteur du golf souffre d’un relatif éloignement avec le centre-ville, d’autant plus significatif depuis la fermeture temporaire de la route de Pourville. Le cadre y est pourtant calme et verdoyant. Du côté des appartements, les biens s’échangent autour de 1800 à 2000 euros/m2. Une maison de 144 m2 avec un petit jardin et vue sur mer est actuellement en vente pour 242 000 euros dans une agence dieppoise.

  • Dieppe Caude-Côte

Plus proche du centre-ville, Caude-Côte présente de nombreux pavillons et maisons bourgeoises avec jardin très recherchés pour peu que le prix fixé par le vendeur ne soit pas trop élevé. En descendant encore davantage vers l’hyper-centre, de part et d’autre de la rue du Faubourg de la Barre, le quartier des armateurs, situé à quelques encablures de la rue de la Barre, présente de belles architectures anglo-normandes.

  • Dieppe Saint-Pierre, rue de la République, rue de Chanzy

Le quartier Saint-Pierre, tout proche de l’hôpital, a lui aussi ses adeptes car tout à la fois calme, proche du centre, accessible à pied, et doté de plusieurs commerces de proximité. Il comporte de nombreuses maisons d’époque avec de belles façades de briques. Dans les rues Thiers et Pasteur, des biens récents se négocient autour de 2500 euros/m2. Un peu plus loin, la rue de Chanzy offre de jolies opportunités. Les prix ont en effet baissé ces dernières années, en raison de la conjoncture et du relatif éloignement du centre-ville. Un budget de 1800 à 2000 euros/m2 suffit pour acquérir unes maison en bon état avec garage.

  • Dieppe Neuville-sur-Dieppe, cité du marin, le Pollet, Puys

Neuville demeure le quartier le moins cher de Dieppe. Les prix y ont d’autant plus baissé ces dernières années que la demande y est moins forte que de l’autre côté des ponts, côté ouest de la ville. Dans la partie récente du quartier, certains immeubles sans ascenseur proposent des biens qui se négocient à moins de 1000 euros/m2. Mais attention, là aussi le foncier est élevé et peut facilement représenter deux à trois mois de loyer.
A noter que la réhabilitation du parc paysager et des rues adjacentes a redonné du cachet à la partie HLM du quartier, qui bénéficie également de la présence de commerces de proximité. Côté Vieux-Neuville, en aval de l’avenue de la République, le secteur de la rue Emile Lebon offre un large choix de pavillons et de maisons mitoyennes en briques accessibles aux petits budgets et primo-accédants.

  • Dieppe Val Druel

Si le Val Druel et ses immeubles ont largement bénéficié de la rénovation urbaine liée à l’Anru (Agence nationale de rénovation urbaine), l’image du quartier est immanquablement liée à la forte proportion d’habitat social. Le sud du quartier, rue de l’Escarpé, offre quelques maisons mitoyennes qui s’échangent autour de 1000 euros/m2. Le tout, proche du centre commercial du Belvédère et de la RN27.

ÉTÉ 2019 A DIEPPE DES TRAVAUX DE PRÉVUS

Pour cette année, la municipalité de Dieppe (Seine-Maritime) dispose d’un budget de 5,5 millions d’euros pour divers projets de rénovation, dont un million pour remettre en état la voirie de la ville. Depuis le début de l’année, 600 000 € ont déjà été investis à Neuville-lès-Dieppe, Puys, Janval et dans le centre-ville.

Dans la rue de l’Hirondelle à Neuville, les travaux sont en cours depuis le 3 juillet et devraient durer quatre semaines. Dans cette rue, le montant des travaux s’élève à 50 665 euros.

  • Respect des quartiers historiques

D’autres voies très abîmées vont être remises en état, comme celle aux abords du collège Delvincourt où des nids-de-poule sont présents tout au long de la rue, rendant dangereux le passage des véhicules et notamment des motos. Là-bas, les travaux commenceront mi-juillet et devraient être livrées avant la rentrée scolaire de septembre.

De plus, ces travaux se font dans le respect des quartiers historiques de la ville aux quatre ports. Par exemple, pour les aménagements à proximité de la Tour aux crabes, les routes pavées vont être préservées, en utilisant pour la rénovation des pavés en granit issus d’autres chantiers en centre-ville.

Dans les quartiers des Bruyères et de la Ferme des hospices, des travaux vont être entrepris dans le cadre de la dotation Politique de la Ville par l’État. Celle-ci a pour but de revaloriser des quartiers jugés sensibles, afin de réduire les inégalités sociales entre les territoires.

Jusqu’au 15 juillet, c’est tout d’abord dans le secteur de la Ferme des Hospices que l’action se concentre, avec l’extension du boulodrome. Un chemin d’accès aux normes PMR, Personnes à mobilité réduite, va notamment être réalisé. Les travaux s’élèvent à 19 635 €, plus de la moitié de cette somme est prise en charge par l’État.

Cet automne, ce seront les aires de jeux des deux quartiers qui seront modifiées et du mobilier urbain – bancs, tables ou encore corbeilles de propreté – sera installé.

  • Évolution du tissu urbain

1 370 900 € sont alloués aux nouveaux projets pour le développement des activités de la ville. À côté de la gare, où sera situé le futur multiplexe, les espaces publics vont être aménagés.

Sur le parvis de ce dernier, un parvis filant et un jardin linéaire avec des terrasses en bois et du mobilier seront installés, ainsi qu’une zone de dépose minute et un éclairage public à LED.

L’accès à la gare routière va être reconfiguré, et le parking du personnel de la SNCF déplacé. Sur le boulevard Clemenceau, les travaux permettront de circuler sur deux voies et des places de stationnement en zone bleue seront dessinées.

Ces travaux ont fait l’objet d’une large concertation avec l’ensemble des partenaires du site concerné, à savoir la SNCF, l’hôpital de Dieppe ainsi que plusieurs commerces et administrations.

Sur le montant total des chantiers, la Région Normandie prend en charge 327 500 €, Dieppe-Maritime 332 500 € et le Département de la Seine-Maritime 318 000 €. le reste est à la charge de la Ville, à savoir 393 150 €.

DÉCOUVRIR DIEPPE : LE CHÂTEAU

  • Les origines du château

Construit pour assurer la défense de la ville, le château fut bâti sur le rebord de la falaise ouest dominant la ville d’une trentaine de mètres. Jusqu’en 1789, il sera le siège du pouvoir royal, représenté par le gouverneur qui aura le commandement de la garnison chargée de défendre la ville.

L’origine du Château de Dieppe divise cependant les historiens. D’après les textes, il fut certainement construit sur les vestiges d’un château sommaire édifié par Henri II Plantagenêt et Richard Cœur de Lion, puis détruit par Philippe Auguste en 1195.

Ce qui est certain aujourd’hui, c’est que la trace la plus ancienne est constituée par la tour ouest (donjon), dont l’origine formelle a été située au XIVème siècle, vers 1360, lorsque l’on construit une enceinte fortifiée autour de la ville, menacée par les Flamands alliés aux Anglais.

 
  • L’occupation Anglaise le fortifie

En 1435, après avoir délivré la ville de l’occupation anglaise, le capitaine Charles Desmarets obtint l’autorisation d’agrandir la place. Trois autres tours sont construites tandis qu’une tour carrée munie d’un pont levis est édifiée pour protéger l’entrée au sud-ouest. L’ensemble sera également relié à l’enceinte urbaine.
Chaque époque apporta ensuite des modifications ou des restaurations.

Dans la première moitié du XVIème siècle, une campagne de renforcement défensif est mise en œuvre pour répondre au progrès de l’artillerie. Une barbacane de plan en fer à cheval est construite pour défendre la façade d’entrée du château (sud-est), ainsi qu’une nouvelle tour détachée au pied du château et reliée à l’enceinte urbaine (vers le square du Canada). A la fin du XVIème siècle, une tour carrée est édifiée au sud tandis que l’enceinte est prolongée dans la même direction, pour intégrer la tour Saint Rémy de l’église désaffectée puis, du côté ville afin de créer une grande terrasse au sud-est, devenant basse-cour.

Construit au départ comme une forteresse destinée à résister aux assauts d’un ennemi rapproché, le château évolua au XVIIème siècle vers un autre rôle : celui de résidence et de caserne. De larges et hautes fenêtres sont alors percées, des toitures en poivrières couvrent les terrasses des tours et courtines et des aménagements résidentiels sont effectués pour les gouverneurs et leurs hôtes de marque. La cour où se trouve l’entrée du musée acquiert à l’époque une fonction d’apparat. Une caserne pour loger les troupes est édifiée en 1630 contre la muraille sud-ouest, à l’emplacement de l’actuelle salle d’exposition temporaire du musée.

  • Prison révolutionnaire

La Révolution française aurait pu ensuite nous priver de ce prestigieux vestige, s’il n’avait pas été transformé en geôle pour y enfermer les contre-révolutionnaires. En 1829, Dieppe fut déclassée comme place de guerre, à l’exception du château. En 1906, la Ville racheta l’édifice à l’Etat. Classé Monument Historique en 1904, il redevint place militaire pendant la première Guerre Mondiale.

  • Devenu Musée

En 1923, on y transféra le musée municipal, créé en 1897. Il devint alors le Château-Musée (MSM1). Le projet initial était de constituer un musée des beaux arts destiné aux ivoiriers dieppois et aux résidents en villégiature. En 1930, la statue de Vauquelin, réalisée par le sculpteur dieppois Eugène Bénet fut placée sur l’esplanade nord, face à la mer.

Enfin pendant la seconde Guerre Mondiale, lors de la construction du mur de l’Atlantique, le château servit de nouveau de place-forte : le système défensif fut alors constitué de murs et de blockhaus, venus renforcer les murailles et enceintes du château.
Le château abrite ainsi depuis 1923 une des plus riches collections d’objets et sculptures en ivoire de France.

DÉCOUVRIR DIEPPE : LE THÉÂTRE

A partir de 1824, la duchesse de Berry et sa cour fréquente assidûment la station balnéaire dieppoise. Aussi en 1825, afin de lui offrir un lieu digne d’accueillir les représentations théâtrales et musicales, dont elle raffole, la municipalité fait appel à l’ingénieur Frissard pour concevoir un projet de théâtre municipal près de la plage.

  • Un théâtre à l’italienne

Le parti choisi est celui d’un “théâtre à l’italienne” : un hémicycle couvert d’un toit. La salle relativement petite (300 à 400 personnes) présente alors deux niveaux de balcons, un grand foyer, un équipement scénique complet ainsi que deux loges réservées à l’avant-scène pour la municipalité et l’Etat-Major. La duchesse de Berry se voit également offrir une loge et un appartement.

Le théâtre municipal est ensuite profondément remanié en 1900 par les architectes Chevallier et Loison, à la manière des plus belles salles parisiennes de son temps. Les architectes conçoivent une façade sur mer complètement nouvelle avec un vaste hall, ouvrant sur la mer par cinq grandes baies.

A l’extérieur, les façades s’ornent du style “Beaux Arts”, en vogue à l’époque, tandis que l’intérieur est redécoré en s’inspirant librement de l’époque rocaille (XVIIIe siècle). Un décor en staff orne ainsi les salles du théâtre de Dieppe, ponctué d’ors, de plafonds peints, de masques, cartouches et de formes chantournées (faites de courbes et de contre courbes). Dans la salle de spectacle, certaines loges sont supprimées pour pouvoir accueillir un plus grand nombre de spectateurs. Comme au théâtre de l’Athénée à Paris, le plafond peint (les muses) s’orne d’un grand lustre tandis les loges d’avant-scène sont encadrées de figures de caryatides, personnifiant le théâtre et la musique.

  • Berceau de la station balnéaire

Durant toutes ces années, où la station balnéaire fut à son apogée, le théâtre de Dieppe reçut parmi les plus grands artistes de son temps : Rossini, Meyerbeer, Liszt et notamment Camille Saint-Saëns, qui par sa participation active à la vie culturelle de la cité, laissa le plus de traces dans l’histoire de cet édifice.

Endommagé pendant la guerre, le théâtre reçut un “rhabillage” de ses façades en ciment dans les années 1950. Accueillant ensuite un cinéma, il ferma ses portes en 1961 pour les rouvrir en 2002 afin d’abriter le mémorial du 19 août 1942.

DÉCOUVRIR DIEPPE : TOUT SIMPLEMENT

Située à 2h de Paris, Dieppe est l’une des stations balnéaires emblématiques de la Côte d’Albâtre.

  • Dieppe, une cité animée à découvrir

Plus ancienne station balnéaire française, c’est à Dieppe que sont nés les premiers bains de mer. Face à la Manche, la cité offre une véritable immersion dans l’ambiance marine : les mouettes tournent au-dessus de la ville, les effluves iodés flottent dans l’air, les pêcheurs vendent leurs poissons, la longue plage et sa promenade s’animent au rythme des cerfs-volants, les cuisines des restaurants chatouillent les papilles…

Avec l’un des ports les plus actifs de Normandie, la vie de la cité est rythmée par la mer. Le poisson dieppois a toujours été très prisé, d’où la devise « Poisson dieppois, Poisson de choix ! ». Aujourd’hui encore, Dieppe reste le premier port français pour la coquille Saint-Jacques. Ce coquillage est donc naturellement mis à l’honneur dans les nombreux restaurants de la ville. En carpaccio à la normande ou sous d’autres formes, on l’apprécie particulièrement dans la marmite dieppoise, une généreuse spécialité locale.

Pêche, commerce, transmanche, plaisance, nombreuses sont les activités du port. Alors à Dieppe, il est facile de pratiquer les sports nautiques : voile, pêche en mer, kayak, paddle, dériveur… et plus encore d’activités pour s’amuser.

  • Dieppe, Ville d’Art et d’Histoire

Partez à la découverte de l’histoire de Dieppe mais aussi des lieux culturels de la ville

Prenez le temps de contempler la cité depuis l’esplanade du château-Musée de Dieppe. Le panorama offre le meilleur point de vue sur la ville, la mer et la plage. Côté histoire locale, plongez au cœur de collections d’ivoires, de tableaux ou de cartes anciennes. Les amateurs de peinture et notamment du mouvement impressionniste trouveront des œuvres de Renoir, Pissarro, Boudin… La cité dieppoise fut un haut lieu d’inspiration pour les artistes. La ville compte de nombreux lieux culturels comme le musée Estran Cité de la Mer qui vous fera découvrir la navigation, la vie des pêcheurs et l’environnement maritime normand à travers ses grands aquariums.

La ville de Dieppe tient une place importante dans l’histoire de la France mais aussi du Monde avec « l’opération jubilée » initiée par W. Churchill. En 1942, près de 250 navires et 8 000 hommes, principalement des canadiens, débarquèrent à Dieppe et aux alentours. Cette opération devait soulager les lignes Russes à l’Est mais fut un échec : plus de 2000 morts. Les plus chanceux montèrent dans les navires afin de revenir en Angleterre. Depuis cette débâcle, Dieppe et le Canada ont tissé un lien fort et le Mémorial du 19 août 1942 nous aide à comprendre l’étendue de cet épisode décisif dans l’histoire de l’humanité.

  • Dieppe, ville maritime

Dieppe, port de pêche, port de plaisance et port de commerce

Dieppe est le premier port de pêche français pour la coquille Saint-Jacques, le port de plaisance maritime le plus proche de Paris et possède un port de commerce. Ce dernier génère un trafic de marchandises de 1,7 million de tonnes par an tandis que 250 000 passagers et 120 000 voitures transitent entre Dieppe et l’Angleterre.

 
  • Dieppe, ville gastronomique

Dieppe est une ville maritime renommée également pour sa gastronomie

Le produit phare de la ville est bien-sûr La coquille Saint-Jacques ! Pour la déguster, la saison idéale se situe entre octobre et mai. Savoureuse, elle se décline en d’innombrables plats délicieux. D’ailleurs, saviez-vous que le crustacé est très bon pour la santé ? Elle apporte forme et tonus à votre corps.

Pour des produits de qualité, choisissez vos coquilles Saint-Jacques au marché aux poissons de Dieppe où vous attend un large choix de poissons. Parmi eux se trouve également le hareng. Mis à l’honneur lors des fêtes populaires telles que les harengades ou la fête du hareng, rendez-vous en novembre pour profiter d’un moment convivial tout en dégustant le “poisson-roi”, directement auprès des pêcheurs.

 
  • La ville de Dieppe en fêtes !

De nombreuses animations à découvrir à Dieppe !

Dieppe peut se découvrir de nombreuses façons, notamment pendant les différentes fêtes et festivals qui animent la ville tout au long de l’année.

La fête du hareng met à l’honneur l’économie principale de la ville : la pêche, avec 100 000 visiteurs qui affluent sur les quais pour se promener et déguster ces trésors de la mer.

Le cerf-volant est également mis à l’honneur avec le Festival International de Cerf-Volant, rendez-vous tous les 2 ans en Septembre. Cette manifestation est classée parmi les 300 plus grands événements mondiaux à ne pas rater : plus de 500 000 personnes viennent admirer ce fabuleux spectacle.

En juin, l’opération “Faites du Nautisme” vous invite à tester des activités nautiques : surf, kayak de mer, voile, pêche, plongée… L’occasion de découvrir la ville de Dieppe en s’amusant !

DIEPPE : EST OU OUEST, FAITES VOTRE CHOIX !

Si la baisse des prix n’a pas épargné le triangle Offranville – Hautot – Varengeville, ces communes restent des valeurs sûres aux yeux de tous les professionnel de l’immobilier.
Varengeville est une commune à part, où l’offre est confidentielle et destinée – pour les belles maisons avec terrain – aux comptes en banque les mieux garnis. Quant aux biens avec vue sur mer, les prix s’envolent. Toutefois, plus on s’éloigne de Dieppe, de ses équipements, ses commerces et ses médecins, en direction Saint-Valery-en-Caux, moins les prix sont élevés. Seule exception : Veules-les-Roses, micro-marché soutenu, là aussi, par les résidences secondaires.

  • Les communes limitrophes très demandées

Les communes limitrophes de Dieppe (Saint-Aubin-sur-Scie, Rouxmesnil-Bouteilles, Grèges, Bracquemont) attirent les acquéreurs du fait de leur hyper-proximité avec la ville centre et de leur fiscalité plus légère. Seule exception : Arques-la-Bataille, ville communiste également, où les taxes locales n’ont rien à envier à celles de la camarade dieppoise. De nombreux lotissements fleurissent comme récemment aux Vertus, à Saint-Aubin-sur-Scie. « Construire sa maison permet souvent de mieux maîtriser son budget plutôt que d’acheter un bien ancien à rénover, justifie Me Lethuillier-Bréant, notaire à Luneray. C’est rassurant pour l’acquéreur, il y a moins de surprises ».

  • Plus on s’éloigne moins c’est cher

La demande est moins forte au nord de Dieppe. Pourtant, Petit-Caux bénéficie de nombreux lotissements récents et de nombreux équipements réalisés grâce aux retombée fiscales de la centrale nucléaire de Penly. Cette commune nouvelle qui regroupe 18 anciennes communes de Saint-Martin-en-Campagne à Saint-Quentin-au-Bosc ne manque pas d’atouts et de biens accessibles pour les primo-accédants.Enfin, un peu plus loin dans les terres, Saint-Nicolas-d’Aliermont offre toutes les commodités de proximité. Les prix y sont contenus en raison d’une demande modeste. De belles demeures s’échangent à des prix raisonnables.

Comparer les annonces

Vous Vendez ?

Découvrez ce que nos agences peuvent faire pour vous en vendant votre bien en exclusivité avec Amarym.